Lifestyle

Less is the new black

Il y a peu, j’ai regardé un documentaire « Minimalism: A documentary about the important things » et je dois avouer que ça m’a carrément emballé.

Le principe étant de se débarrasser des choses dont on n’a pas besoin. Du superflu.

J’ai toujours aimé faire du shopping, acheter la dernière fringue à la mode, le dernier it bag, ou bijoux, cela m’a toujours apporté du réconfort. Je suis déprimée, je fais les boutiques, je suis heureuse, je fais les boutiques. Comme si c’était la réponse à tout.

Pourtant cela fait maintenant quelque temps, à chaque fois que je sors du magasin les bras pleins de sacs, je ne ressens plus ce bien-être.

Et si on achetait pour combler un vide ? Ressentir cette satisfaction de posséder ce que l’on veut alors qu’en fin de compte la magie n’opère que le temps de rentrer la CB dans le porte-feuille. C’est comme ça que je me suis retrouvée à entasser des fringues, des carnets (j’adoooore les carnets), des babioles.

 

Il y a cette idée dans la société actuelle qui nous fait penser que parce que l’on possède une belle voiture, une grande maison, et des pompes hors de prix, on a réussi dans la vie. Matériellement peut-être.

C’est la faute aux magazines, aux réseaux sociaux, aux newsletters alléchantes, aux codes promo et j’en passe.

C’est ce que m’a fait réaliser ce documentaire.

« On ne peut pas intervenir dans le fait de gagner plus, mais on peut faire en sorte de gaspiller moins ! » Dis un homme.

Et c’est vrai ! Et si on arrêtait de gaspiller notre thune dans des conneries, tout ça pour se sentir mieux le temps d’un instant ?

La thérapie par le vide.

Ça me tente.

Attention, le but n’est pas de se débarrasser de toutes ses affaires, simplement des choses inutiles qui nous encombrent.

J’ai longtemps pensé,que l’argent contribuait au bonheur, mais j’avoue que ces gens m’ont fait réfléchir, ces deux mecs qui ont fait le documentaire, Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus, ont gagné beaucoup d’argent et pourtant, ils se sont rendus compte qu’ils n’étaient pas heureux.

Peut-être que le vrai secret, c’est simplement d’apprécier ce que l’on a, de vivre des choses réelles, d’être avec les gens vraiment à ce moment précis. Sans avoir les yeux rivés sur son smartphone.

Il est aussi question du « Projet 333 », pendant trois mois, ne porter que 33 pièces de son dressing : vêtements, accessoires et chaussures compris. La nana qui est à l’origine de ce projet entassait les fringues puis elle a eu l’idée de ce projet. Au final les gens n’ont même pas remarqué qu’elle n’avait que 33 pièces dans son dressing ! Tout ça sans porter tous les jours la même chose !

Je vais me lancer dans ce projet, j’ai déjà commencé d’ailleurs, mais en douceur, je « dégrossis » au fur et à mesure !

Il est conseillé au départ, de ne pas tout dégager d’un coup.

J’ai commencé par le surplus, les babioles, les objets qui ne servent à rien, les carnets aussi.

Je n’ai pas eu trop de mal à jeter, bien que par moment, j’avais cette pointe de nostalgie dans le cœur et cette voix qui me disait « Mais enfin garde-le, ça représente pleins de souvenirs « ! Puis je me suis ressaisis en me disant que ce n’était qu’un objet.

Le lendemain, c’était journée shopping avec les copines, et bien que certains tee-shirts à très bas prix m’ont fait de l’œil, je me suis dit que je n’en avais pas besoin et j’ai tourné les talons. Et devinez quoi ? Moi et mon porte-monnaie, on se porte bien !

Pour me motiver, je me dis que l’argent que j’aurais pu mettre dans des fringues dont je n’ai pas besoin, je les mettrais dans un super voyage à l’étranger !

Bref, je n’essaye pas de vous convertir, mais simplement de réfléchir à l’idée qu’on n’a pas besoin d’entasser pour être heureux. Pour ma part, cela m’a même apaisé.

Enfin, je finirais par une phrase prononcée à la fin du documentaire et qui résume tout :

« Love people and use things. Because the opposite never works. »

*Aimez les gens et utilisez les choses. Parce que l’inverse ne fonctionne jamais.

Je vous mets ici le trailer, si vous voulez vous en faire une idée. Le documentaire est dispo sur Netflix, en VO sous-titré VF!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *