Ce qu’on ne vous dit pas quand vous êtes freelance.

Ce qu’on ne vous dit pas quand vous êtes freelance.

Il y a quelques mois je vous annonçais mon intention de me lancer comme freelance. Après une ultime expérience catastrophique en salariat , j’ai décidé en février 2019 que j’allais devenir autoentrepreneur. Après tout, pourquoi pas moi ?

C’était un projet que je souhaitais mettre en place depuis longtemps et que j’ai fait plus vite que prévu. J’ai donc lancé mon statut d’autoentrepreneur. Une chose ultra simple à faire. J’ai reçu mon numéro de Siret. Me voilà donc parée pour la Big aventure du freelancing.

Mais aujourd’hui, il y a quelques petites choses que j’aurais aimé qu’on me dise avant que je me lance. Attention, je ne regrette pas du tout hein, mais je pense que j’aurais été un peu mieux parée à certaines situations.

  • Le plus gros du boulot, c’est la prospection.

Et la prospection, c’est relou. Vous passez vos journées à chercher de potentiels clients. Qui le plus souvent tenteront de négocier vos taraux comme s’ils étaient à la brocante du quartier.

  • Les clients sont exigeants (chiants)

Une fois votre client trouvé, chouette vous faites signer le devis. En général, c’est là que les emmerdes commencent. Pourquoi ? Parce que votre client pense que vous êtes à sa merci. Style salarié mais sans aucun droit. Il se permettra donc d’empiéter largement sur votre temps. En vous envoyant des mails à minuit par exemple.

  • De nombreux clients sont de très mauvais payeurs.

Il y a des exceptions of course, mais la plupart ne vous payeront pas en temps et en heure. Ils pensent que vous êtes freelance par hobby et que vous vivez d’amour et d’eau fraîche. Préparez-vous donc à  leur courir après pour récupérer votre dû. (Pour éviter ce genre de désagrément, l’idéal est de lui faire verser un acompte au début de la mission, s’il rechigne cela vous donnera un petit indice sur sa bonne foi !).

  • Vous serez un vrai couteau suisse

En plus de ce pour quoi vous êtes payé, il vous faudra aussi vous occuper de la paperasse, de la trésorerie, mais aussi de votre communication, par exemple.

  • Vous êtes libre, mais pas trop.

Tout dépend de ce que vous entendez par libre, hein. Le freelance est libre de choisir avec qui il veut bosser, quand et où il veut bosser. Pourvu que les clients se bousculent au portillon, ce qui n’est pas tout le temps le cas. Vous serez donc en galère de thunes certains mois. Vous n’aurez pas de tickets restos, pas de congés payés non plus. Et n’imaginez même pas la tête du banquier quand vous irez demander un prêt immobilier. En France, le statut AE n’est pas encore très bien perçu malheureusement. Freelance =  Précarité

  • Vos proches pensent que vous ne foutez rien de vos journées.

Pour la plupart des gens salariés, il y a une plage horaire dans la journée où ils travaillent et le reste du temps c’est pour eux. La plupart ne comprendront pas que vous, vous aménagez vos horaires de boulot comme vous le voulez. Ils pensent donc que vous êtes toujours dispo et pouvez faire babysitter / réceptionniste de colis / secrétaire ou encore taxi.

Malgré tout ça, l’auto-entreprenariat est une aventure très enrichissante. Bien que pas facile. Mais comme on dit ça forge le caractère et on en sort plus fort et surtout moins fatigué !

Posts created 54

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut